Intervention de Véronique Miquelly sur le compte administration d'Auriol,
lors du conseil municipal du 30 mars 2010

 


 Le compte administratif, c’est le bilan financier de la commune pour l’année écoulée. C’est donc un document très important, qui nous permet de voir où nous en sommes réellement, au-delà des effets cosmétiques et des différents habillages auxquels vous nous avez habitués.

Il est notamment particulièrement intéressant de regarder ce compte administratif, en le mettant en regard avec vos engagements.

En 2001, Mme le maire, vous écriviez : « nous instaurerons une gestion rigoureuse des dépenses communales afin de dégager un excédent de fonctionnement suffisant pour couvrir l’annuité de la dette et autofinancer une partie des investissements futurs ».

Alors qu’en est-il aujourd’hui ? Quelle est l’évolution de nos finances communales depuis 2001 ? Cela représente tout de même une période de 8 années, ce qui vous a largement donné le temps de mettre en pratique vos vœux électoraux de « gestion rigoureuse ».

Au regard de cette période, s’il y a certainement quelque chose que l’on peut pas dire, mais alors qu’on ne peut vraiment pas dire, c’est que votre gestion ait été rigoureuse.

Le constat, la réalité, la réalité des chiffres de vos propres budgets, c’est que votre gestion est dispendieuse. Le vrai constat que l’on peut faire c’est que la mairie d’Auriol vit grand train.

Je vais juste donner quelques chiffres. Je précise bien que l’ensemble des chiffres que je vais citer, sont des chiffres issus de vos documents budgétaires. Ces chiffres sont publics et vérifiables par tous. À titre personnel, j’ai un exemplaire de tous les budgets de la commune depuis 1999 et je tiens à la disposition de qui le souhaite ces différents éléments.

Au cours de vos 8 années de gestion municipale, de 2001 à 2009, les dépenses de fonctionnement, je dis bien de fonctionnement, ont augmenté de 43,56 % c’est-à-dire plus de deux fois plus vite que l’augmentation de la population.

Les charges de personnel ont augmenté de 47,5%., sans compter le personnel du CCAS et le personnel du CLSH (au total une augmentation de 57,30%). Il faut bien se rendre compte que désormais, la totalité des impôts et taxes, je dis bien la totalité des impôts et taxes, acquittés par les Auriolais  n’arrive pas à couvrir les charges de personnel.

En effet, malgré le matraquage fiscal que vous avez mis en place l’année dernière, l’ensemble de nos impôts n’arrive à couvrir que 80 % de la masse salariale de la commune.

Tout cela est inquiétant, car au fil des années vous avez accumulé les dépenses incompressibles, les marges de manœuvre sont désormais inexistantes et au bout du compte vous nous présentez l’augmentation de la pression fiscale comme seule issue possible.

Vous prenez alors un air consterné de circonstances pour nous dire que vous n’avez pas le choix et que, selon votre expression désormais favorite : « cela n’a pas été de gaieté de cœur que vous avez augmenté les impôts ». Sauf que vous avez tout fait, mais alors tout fait, pour que cela arrive

Déjà, en 2008, pendant la campagne électorale, le groupe Auriol ensemble avait fortement tiré la sonnette d’alarme sur les finances communales.  Vous aviez alors clamé que tout allait bien, que les finances étaient saines et qu’une pluie de subventions d’une intensité rare submergerait bientôt les finances communales d’un bienfaisant afflux nous préservant à jamais de toute augmentation d’impôts.

Et puis, en 2009, une fois votre réélection acquise, votre discours a changé. Réveil brutal, tout a changé, l’heure est grave. En fait, après avoir dépensé sans compter pendant des années pour assurer votre réélection aux frais du contribuable, après avoir dépensé nettement plus que les recettes, vous avez déclaré que vous ne pouviez pas faire autrement que d’augmenter les impôts. Comme si c’était une fatalité ou … une sorte de calamité agricole.

Les impôts : parlons en ! L’année dernière, si on écoutait votre adjoint aux finances, il était tout à fait exagéré de parler d’augmentation des impôts. S’il avait trouvé les mots, il nous aurait presque volontiers parlé de caresses fiscales. Voilà, c’est cela, exactement une douce caresse fiscale. Quelle l’hypocrisie ! Vous-même, madame le maire, vous étiez allée jusqu’à opérer des divisions pour nous montrer que, par jour, l’augmentation était insignifiante. Finalement, on aurait presque pu calculer ce que représentait votre augmentation d’impôts par seconde et je vous assure qu’avec une telle division il n’y a quasiment plus augmentation.

Mais la réalité quotidienne des Auriolais, c’est qu’en 2009,  vous nous avez ponctionné de plus de 600 000 euros supplémentaires.  Oui, 608 803 € de ponction supplémentaire, c’est ce que l’on peut voir en comparant le compte administratif 2008 et le compte administratif 2009.

608 803 €, et absolument pas 370 000 € comme l’affirmait l’adjoint aux finances dans le quotidien « la Provence » du 6 mai 2009 . C’est bien quasiment le double de ce qui était annoncé à la presse. Si vous n’avez pas gardé une copie de cet article de presse, j’en tiens également une copie à votre disposition.

Mais, ce que nous ne savions pas alors, c’est qu’on n’avait pas encore tout vu. Il nous a fallu attendre le mois d’avril pour lire, ce que vous avez osé, je dis bien osé écrire dans le  « Auriol et vous » : la taxe d’habitation n’augmente pas ! Il faut un culot d’acier pour écrire des choses pareilles, car je vous rappelle que la taxe d’habitation à Auriol est déjà tout de même supérieure de 41 % à la moyenne nationale ! Et puis, disons-le, vous vous êtes franchement bien rattrapée sur la taxe foncière : plus 22 % d’augmentation en 2009 !

Au total, si on compare avec la moyenne nationale pour les communes de même strate, la pression fiscale à Auriol est 48,70 % supérieure à la pression fiscale en France.

Pourtant, dans votre programme, vous n’avez cessé de répéter qu’ « à Auriol, la fiscalité locale serait maîtrisée. » Pour faire court, vous avez énormément promis, vous avez dépensé sans compter et, aujourd’hui, c’est le contribuable Auriolais qui a été puni !

Mais ce qui me paraît le plus grave dans votre attitude, c’est que vous pointez du doigt une partie de la population.

Vous pointez du doigt celles et ceux qui ont visiblement, à vos yeux, l’outrecuidance d’avoir travaillé toute leur vie pour posséder leur maison. Pire, il y a les vaches à lait, ceux qui se sont saignés aux quatre veines pour acheter un bien supplémentaire, dans l’espoir de préparer leur retraite ou de transmettre quelque chose à leurs enfants.

Ceux-là, pour vous, il faut les matraquer, il faut les punir

Oui, ces Auriolais là, avec vos décisions fiscales vous les montrez du doigt, comme s’ils étaient coupables de quelque chose, le tout pour aller fanfaronner ensuite dans la revue municipale et faire cette provocation, car il n’y a pas d’autre mot que celui de provocation, pour qualifier ce que  vous avez écrit en affirmant qu’ il n’y a pas d’augmentation de la taxe d’habitation.

Avec votre propre compte administratif, nous avons la preuve, la preuve absolue de votre matraquage fiscal. Nous avons la preuve que vous avez essayé de minimiser et de camoufler l’ampleur de la ponction que vous nous avez infligé au milieu d’une crise économique d’une incroyable violence.

Dans votre système, on voit bien que ce sont toujours les mêmes qui payent. Et moi je vous dis que cela n’est pas juste.

Et comme, même pour vous, il était extrêmement difficile de ne pas s’apercevoir que ce que vous faisiez n’était pas juste, vous avez essayé de faire porter le chapeau à d’autres que vous. Il y a d’ailleurs ceci de fabuleux dans votre gestion, que tout ce qui va bien est arrivé grâce à vous et ne serait pas arrivé sans vous. Par contre, tout ce qui va mal c’est la faute de quelqu’un d’autre, jamais, jamais la vôtre.

Pour vous défausser il était donc assez commode de dire que c’était à cause du désengagement de l’État. La belle affaire que voilà ! Mais oui, bon sang, on va leur faire le coup des dotations de l’État qui diminuent, avec double dose de mauvaise foi ça devrait passer ! Sauf que les dotations de l’État ne diminuent pas pour Auriol, bien au contraire.

Aujourd’hui au moment du compte administratif, donc du bilan financier, que constate t on ? Et bien lorsque nous regardons les chiffres, vos chiffres, de votre compte administratif, on constate qu’entre 2001 et 2009, les dotations de l’Etat ont augmenté de 47,85 %. Cela représente la somme de 2 555 743 euros en 2009, en faveur du budget communal.

Clairement, cette argumentation qui consisterait désespérément à vouloir faire croire que l’État se désengage à Auriol ne tient pas la route. Surtout pas quand on présente un budget communal où les dépenses réelles de fonctionnement sont supérieures aux recettes réelles de fonctionnement.

Là aussi, c’est la réalité des chiffres de votre compte administratif. la réalité c’est que la mairie d’Auriol est en déficit. Cela se calcule facilement, avec le résultat comptable. Comme pour une famille ou pour une entreprise, le résultat comptable de l’année est la différence entre les recettes et les dépenses de fonctionnement.

Pour Auriol, ce résultat est négatif. Il y a plus de dépenses que de recettes. Vous avez un total des dépenses de fonctionnement à 12 023 727  d’euros ; dans le même temps, les recettes seront 11 975 001 euros. Soit le résultat comptable négatif  - 48 726 €.

Ce qui est beaucoup plus grave, c’est que cela fait des années que les finances communales sont dans cette situation. En 2008, le résultat comptable était de -29 € par habitant, alors qu’il était de + 111 € par habitant pour les communes de France comparables à Auriol.

Cette mauvaise santé des finances de la mairie d’Auriol est confirmée par une capacité d’autofinancement négative. La capacité d’autofinancement nette est le critère essentiel pour analyser la santé financière d’une commune. Ce ratio rend compte de la capacité de la mairie à dégager des excédents pour les utiliser dans la réalisation de travaux d’équipement. Comme pour une entreprise ou pour une famille, ce critère mesure la force d’investissements d’une commune.

Lorsque ce ratio devient négatif, une entreprise dépose son bilan, une famille est en faillite personnelle et une mairie est en déséquilibre.

Eh bien, c’est le cas à Auriol. La capacité nette d’autofinancement est négative (-71€ par habitant en 2009). En 2008, elle était de -93 € par habitant, alors que la moyenne des communes comparables à Auriol est de + 60 euros par habitant.

Cette situation financière est totalement déséquilibrée.

Pourtant, vous avez profité d’une mesure de l’Etat, dans le cadre du plan de relance. En 2009 la commune a récupéré la TVA de 2007 et la TVA de 2008. La FCTVA en 2009 a représenté la somme de 1 519 448 euros, ce qui vous a d’ailleurs permis de présenter un budget en équilibre en 2009.

Sans compter que dans le budget 2009, nous avons vendu les bijoux de famille pour équilibrer le budget avec 1 938 000 euros de produits de ventes de biens immobiliers : 559 280 euros pour la maison de retraite et 800 000 euros pour le terrain de Moulin de Redon.

Ils sont bien loin, Mme le maire, vos engagements : « nous instaurerons une gestion rigoureuse des dépenses communales afin de dégager un excédent de fonctionnement suffisant pour couvrir l’annuité de la dette et autofinancer une partie des investissements futurs ».

Non, Mme le Maire, malgré ce que vous écrivez à longueur de revue municipale financée par le contribuable, vous n’êtes pas fidèle à vos engagements et ce sont les chiffres de votre propre compte administratif qui le prouvent.

Nous refusons de cautionner ces déséquilibres budgétaires qui se perpétuent d’année en année

Nous refusons de cautionner cette mauvaise gestion qui se dissimule derrière toujours plus de communication et d’habillage.

Nous voterons contre ce rapport

 

 

vignette-ca-2009.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[ auriol, mairie d'auriol, auriol ensemble, miquelly, danièle garcia, garcia, maire auriol, maire d'auriol, péage auriol, péage d'auriol, ville d'auriol, mairie auriol, véronique miquelly, auriol et vous, conseil municipal auriol, véronique miquelly]

Véronique Miquelly, Auriol Ensemble, Mairie Auriol, élections municipales Auriol, PLU Auriol, dette Auriol, budget Auriol, Miquelly, maire d'Auriol, Auriol, Auriol et Vous

Partager cet article

Repost 0